400 HABITANTS PARTICIPENT AUX 2 PREMIERS DEBATS !

Mercredi 2 novembre, la salle des fêtes de Conflans-Saint-Honorine accueillait la troisième des six rencontres publiques de « Construire ensemble GPS&O ». Une centaine d’habitant-e-s a profité de l’occasion pour exprimer leur vision du territoire mais aussi leurs inquiétudes et attentes pour l’avenir.

Après la diffusion de l’enquête, un début de rencontre un peu timide a laissé place à des prises de parole franches et directes. Surprise et intéressée de voir que beaucoup partagent « une envie de vivre ensemble », une intervenante démarre la réunion en commentant le film : «les gens recherchent quand même le regroupement, je trouve. C’est intéressant !»

 

NE PAS ÊTRE DÉPENDANT DU GRAND PARIS

Tout d’abord, les habitants ont abordé la question de la place de GPS&O dans le Grand Paris ! Pendant qu’un habitant ex- prime son anxiété : « ce qui me surprend surtout c’est cette forme de réunion des communes qui part de la mer pour aller à Paris, ce qui sous-entend qu’on prévoit principalement d’alimenter Paris qui va se délester de ses populations qui le gêne, et ramener toute la banlieue ». Un autre venu de Carrières-sous-Poissy complète : « on est en train de faire quoi avec le Grand Pa- ris ? Les ressources sont en train d’être mises sur le Grand Paris et nous, dans la vallée de la Seine, on est en train de nous voler nos ressources ».

Mais d’autres participants pensent que le Grand Paris peut être une chance pour le développement de GPS&O car ce projet cor- respond à ce qu’est le territoire. Un couple de bateliers souligne ainsi : « le Grand Pa- ris, pour nous c’est Paris-Rouen-Le Havre, c’est l’axe majeur qu’est la Seine », alors qu’un jeune habitant d’Achères indique que « c’est vraiment une volonté de tous d’améliorer ce lien et de conserver cette particularité de la région : être près de Paris tout en étant à la campagne ». Un autre habitant de Conflans affirme enfin que « le Grand Paris est indispensable dans la mesure où l’on se compare à des villes comme Berlin, qui sont déjà grandes comme le Grand Pa- ris depuis des dizaines d’années ».

…POUR SE CONCENTRER SUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE

Mais la priorité pour les participants est de développer le territoire plutôt que de se vivre systématiquement dans un rapport au Grand Paris. Ils souhaitent que les élus fassent entendre leur voix. « Il faut que ce soit nos élus qui fassent en sorte de développer à l’extérieur de Paris, que tout ne parte pas vers Paris », dit un habitant de Conflans.

Et encore une fois, c’est l’économie qui prime pour se démarquer. Un habitant de Triel-sur-Seine résume : « si l’on veut éviter que ça devienne des villes dortoirs, tout en gardant nos petits villages et nos villes, il faut permettre une économie qui se développe sur ce territoire. Il faut permettre aux entreprises de s’installer sur notre territoire ». D’autres évoquent les possibilités de développement, via les ports et la Seine : « on a peur du port d’Achères qui n’est en fait qu’une petite darsounette, donc si on veut développer l’axe fluvial de la Seine, il faut aussi penser à des ports, c’est tout naturel ».

En filigrane, l’enjeu principal est de conjuguer maintien du cadre de vie et développement. Un jeune habitant d’Achères interpelle la salle : « aujourd’hui les gens demandent de l’emploi à proximité mais tout en gardant cette espèce de campagne. Est-ce que les gens sont prêts à faire des concessions et accepter notamment l’arrivée du port d’Achères ? »

Enfin l’enjeu pour l’avenir, c’est aussi de permettre à chacun d’avoir sa place et de créer du lien entre tous, dit un fils de batelier du territoire : « le grand point commun, c’est la Seine. L’Ouest était mieux loti que l’Est. Est-ce que l’on va tirer vers le haut ou est-ce que l’on va tirer vers le bas ? Sur le territoire historiquement, il y a eu des enclaves au niveau des villes. Il faut les ouvrir sur les autres, sinon on n’y arrivera jamais. C’est vraiment des grandes barrières, des murs virtuels qui ont été créés. Comment on va pouvoir à l’avenir aussi penser à ces passages ? »

« GPS&O doit penser le développement du territoire en faisant des économies d’échelle importantes », observe également un jeune homme de Conflans : « on parle très peu d’économie d’échelle. Pour moi, un des premiers objectifs de ces grands regroupements, c’est de faire des économies ».

L’ENJEU DEMOCRATIQUE AU COEUR DES ECHANGES

Enfin, la question de la participation des habitants a été vivement débattue. Si la plupart des intervenants s’est plutôt réjouie d’être impliqués par les élus dans l’avenir du territoire, elle reste toutefois vigilante sur les conditions de cette implication. Prudent, un habitant de Carrières-sous-Poissy doute des suites de la concertation : « je remercie les élus d’organiser cette réunion pour nous écouter mais je me dis écouter c’est bien, mais qu’est-ce que vous allez en faire de ce que l’on va vous dire ? L’histoire nous a montré qu’on ne nous écoute jamais. Pourquoi aujourd’hui cela changerait ? »

Plus méfiant encore, un habitant d’Andrésy note : « j’étais venu ici pour entendre parler d’un Plan Local d’Urbanisme et j’ai l’impression qu’on est dans une réunion de team-building pour GPS&O ».

Ils attendent des élus qu’ils trouvent des moyens pour les associer, les écouter et les entendre sur le long terme… « Quels vont être à la suite de ces réunions les moyens mis en place pour prendre en compte nos opinions, nos désirs, nos volontés, nos idées ? Parce que nous avons des idées mais elles ne sont jamais écoutées ».

Et c’est d’autant plus important « que la communauté urbaine est grande », indique une habitante d’Andrésy : « c’est très important à la fois de changer d’échelle parce que ça permet peut-être de penser plus grand, plus large et d’une manière plus cohérente mais sous réserve que l’on donne une meilleure place au citoyen, à la participation et à ce que ça peut produire parce que sinon on sépare des univers au lieu de faire des ponts entre les personnes

Pour conclure, c’est un habitant de Chanteloup-les-Vignes, chauffeur de bus passionné par son travail, qui donne le mot de la fin : « il y a un discours de ceux qui ont peur et un discours de ceux qui sont prêts pour l’ouverture. Et au milieu le discours des jeunes qui veulent la réussite pour ce territoire. Il faut les écouter ! Le grand projet, il existe déjà dans les mentalités : il faut tourner la tête vers Le Havre mais il ne faut pas tourner le dos à l’autre ».

En guise de conclusion, Philippe Tautou a réexpliqué le sens de ces rencontres avec les habitants. « Notre objectif est de vous entendre, d’entendre aussi bien vos espoirs que vos craintes, résume le président de GPS&0. Je constate que vous exprimez parfois des aspirations différentes voire contradictoires sur le devenir de notre territoire. Nous allons en tenir compte dans notre réflexion. En tant qu’élus, c’est à nous de tirer parti de cette concertation publique afin de trouver les solutions qui répondront au mieux à vos attentes.»

Au total, six grandes rencontres « Construire ensemble GPSEO » sont prévues sur l’ensemble du territoire de la communauté urbaine d’ici à fin novembre.

Et pour découvrir les images des rencontres et les extraits vidéos, c’est juste ici !

PARTICIPEZ ! RÉAGISSEZ ! VENEZ VOUS EXPRIMER !

Prochaines réunions (le soir, à 20h) :

  • Conflans-Sainte-Honorine, le Mercredi 2 novembre, Salle des fêtes, 12 place Auguste-Romagné
  • Aubergenville, le Mercredi 9 novembre, Maison des associations 25 route de Quarante Sous
  • Les Mureaux, le Mardi 15 novembre, Espace des habitants Avenue de la République
  • Poissy, le Mercredi 23 novembre, Centre de diffusion artistique 53 avenue Blanche de Castille
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.