i

1 film-enquête

PLUi GPS&O - un film-enquête

Pour préparer les six réunions publique d'octobre-novembre 2016, une équipe de journalistes est allée à la rencontre des habitants de Grand Paris Seine & Oise durant l'été précédent, pour réaliser une enquête auprès d’un panel représentatif d’habitants de tous âges, tous métiers et toutes opinions.

EXTRAITS

capture-decran-2016-10-06-a-14-34-15

Olivier DESEINE, directeur des Moulins de Brasseuil - Auffreville-Brasseuil
L’axe de la région, c’est vraiment la Seine.Ça permet de définir le territoire, parce que c’est la Seine qui le traverse d’Est en Ouest. Il y a de l’économie, c’est un axe de communication important.

 

capture-decran-2016-10-06-a-14-37-47
Anne-Marie LE RUYET, enseignante à la retraite - Orgeval
Nous, on a encore un objectif de petit village à mon sens. On n’a pas trop à voir avec Poissy, Aubergenville… Ce n’est pas du tout les mêmes populations, c’est complètement différent.

 

capture-decran-2016-10-06-a-14-38-53
Béatrice DELAHAIE, assistante maternelle - Buchelay
Pour moi ce territoire, c’est un melting-pot, un mélange d’origines et de cohabitation, parce qu’on a tous des façons différentes de vivre, qu’on vienne des villages, des Mureaux ou de Mantes-la-Jolie. Et je pense que ça c’est vraiment un plus.

 

capture-decran-2016-10-06-a-14-41-02
Liliane PETRUS, dactylographe à la retraite - Gargenville 
Dans l’avenir, je vois comme à New-York, les grandes tours, et j’aime pas du tout. C’est bien parti pour, parce que le moindre bout de terrain, c’est vendu, les promoteurs sont là. Il faut des logements pour tous, je suis bien d’accord, mais pas n’importe comment.

 

Capture d’écran 2016-10-06 à 14.41.31.png

Claude LEBLANC, conducteur d’engins travaux publics - Limay
J’ai vu des maquettes du Grand Paris, c’est non, c’est carrément moche. Il y a des pays, des contrées qui sont désertiques en France, alors pourquoi blinder les Yvelines ? Nos forêts, nos champs, on va sacrifier tout ça pour du béton ? Non.

 

capture-decran-2016-10-06-a-14-42-16
Kevin MUKULA, apprenti coiffeur - Les Mureaux
Je dirais que ça se dirige plutôt vers une sorte de grande ville. Par exemple, quand on va à la piscine, on ne va plus forcément à la piscine des Mureaux, on va à la piscine de Poissy, qui fait aussi partie de notre ville entre guillemets, ou la piscine d’Aubergenville qui fait partie aussi de notre ville.

 

capture-decran-2016-10-06-a-14-43-13

Violaine KIEFER, professeur de chant - Aubergenville
On pourrait peut-être imaginer un jour une immense communauté d’agglomération, qui parte en étoile autour de Paris, jusqu’à la mer, voire même rattacher Rouen à Paris. Ce territoire dans dix ans, j’imagine qu’il permettra à toute la région Ouest de Paris d’exister en tant qu’identité, attractive, active, à part entière.

 

capture-decran-2016-10-06-a-14-44-31
Lionel RATEAU, militaire - La Falaise
L’avenir du territoire, je ne sais pas franchement. Pour l’instant, je ne vois pas de projet commun. Je ne ressens pas d’identité du futur territoire. C’est quoi ? C’est urbain ou c’est rural ? C’est industriel ? C’est quoi ?

 

A noter: 
Plus de 500 personnes rencontrées, plus de 1000 kilomètres parcourus dans les grandes villes comme dans les villages, 78 interviews, 20 heures d'enregistrement : ce film-enquête d’une trentaine de minutes a permis d’ouvrir les échanges sur ce qu’il semblait important d’aborder pour l’avenir des communes et du territoire. Présenté en introduction des 6 rencontres-débats fin 2016, il a permis d'engager la discussion avec tous les participants aux réunions.